OrluDiato : Cours d'Accordéon Diatonique sur Brest et par webcam, méthode instrumentale d'apprentissage, concerts, Fest-Noz, bals Folk, stages et autres publications en rapport avec le Diato !

L'Accordéon Diatonique facile !

Portail > OrluDiato > Publications > Articles > Compte-rendu de la 300e du Tara

Compte-rendu : 300e édition du festig-noz des "Lundis du Tara" (Septembre 2016)

Avec une session par semaine, voilà déjà bientôt six ans que le pub Irlandais « The Tara Inn » à Brest résonne chaque Lundi soir de musiques et danses Traditionnelles Bretonnes et d'ailleurs ! Une fois tous les deux ans, un grand Fest-Noz est également organisé afin de "marquer le coup" : c'est la troisième édition de ce dernier que je m'en vais vous raconter.

Chargé du plateau musical, de la technique et de la communication, les semaines qui ont précédées l'événement ne furent pas de tout repos, d'autant qu'elles tombaient en plein durant la rentrée scolaire et son lot de nouveautés. Si les musiciens ont tous répondus présents, le sonorisateur prévu depuis Juillet s'est désisté deux semaines avant le jour J, me causant bien des soucis… Heureusement, on me donna le numéro d'Erwan Billant qui accepta la prestation moins de cinq jours avant l'événement ! Quant à la com', une annonce a été publiée sur le site Internet Tamm-Kreiz avant l'Été et cent affiches A3 fluo ont été imprimées puis placardées en deux après-midi de Ploumoguer à Landivisiau, sans oublier le centre-ville de Brest qui fût bien garni.

Le grand jour arrivé, départ vers Landerneau vers 15h30 pour rejoindre la salle du Family choisie pour le Fest-Noz. Accueil très chaleureux des bénévoles de l'association caritative « Timothé & compagnie » qui s'occupaient du reste de l'organisation : location, intendance, buvette, entrées, sécurité. Une poignée de main à Erwan puis c'est parti pour les balances du groupe de musique « Electrad » qui clôturera la soirée : que de matériel… mais tout se passe à merveille et c'est bientôt au tour des jeunes musiciens du groupe « Tan Arvest » auxquels je file un coup de main car leur accordéoniste n'est pas disponible avant ce soir. 18h et rebelote pour le talabardeur de Tan Arvest qui remplace gentiment Didier Mahe, ce dernier ne pouvant être présent pour les balances… Alors que je fais une petite pause sur la terrasse du Kelta, voilà que mon téléphone se met à sonner : c'est les musiciens du groupe « Enester » qui viennent d'arriver et cherchent l'entrée de la salle !

Un buffet froid plus tard, le public commence à arriver au compte-goutte vers 21h : il faut dire que la concurrence est rude ce soir avec d'autres Festoù-Noz organisés à Commana (juste à côté de Landerneau !), Saint-Renan et Poullaoüen (avec « La Nuit de la Gavotte » tout de même). C'est Enester qui commence et les danseurs semblent beaucoup apprécier le mélange de flûte et de harpe, renforcé par une basse électrique efficace.

21h45, c'est au tour de Tadig Yann d'entrer dans la ronde avec du chant à répondre en Français : gros succès, le public joue le jeu de bon cœur pendant que le duo Mahe/Kergoat s'installe. Habitué à les écouter dans l'atmosphère intimiste du Tara-Inn, cela m'a fait tout drôle d'entendre la bombarde de Didier Mahe résonner dans la grande salle du Family, soutenue par l'accordéon diatonique de Romain Kergoat et son jeu main gauche très riche.

22h45 et Yannig Coiron nous propose un nouvel intermède de qualité, parsemé de danses-jeux. Place ensuite au célèbre groupe Tan Arvest composé de Marie Caouissin à la guitare et au chant, de son frère Alain Caouissin au piano et à la bombarde, de Jean-Guillaume Le Hir à l'accordéon diatonique et de Brendan Bellec aux percussions. Ce groupe est une valeur sûre du Nord-Finistère qui écume les Festoù-Noz depuis 2010 avec plus de deux-cent-cinquante dates à leur actif !

23h45 : dernier passage de Tadig Yann pendant que je m'installe tranquillement avec les musiciens d'Electrad. On s'apprête à commencer à jouer et là c'est la "catastrophe" : l'enceinte de retour de Kevin Allain – notre batteur – ne fonctionne pas correctement… De peur que le public ne s'impatiente, nous ne tardons pas trop à lancer le set. Forcément, un groupe dans lequel le percussionniste n'entend pas les autres instruments ça ne marche pas vraiment, aussi notre prestation ne sera pas des plus confortable ! Malgré tout, les danseurs qui sont restés jusqu'au bout semblent avoir tout de même appréciés et de notre côté nous espérons ne pas avoir de problèmes technique la prochaine fois, bien que celui-ci était totalement imprévisible puisqu'il s'agissait des enceintes de la salle…

Avant d'oublier, j'en profite pour remercier les musiciens qui ont acceptés de venir jouer, Dominique Roudaut et les bénévoles de l'association Timothé, Erwan Billant, le régisseur de la salle pour son professionnalisme, le Club Photo de Télécom Bretagne, sans oublier tous les danseurs qui – je l'espère sincèrement – ont passés une bonne soirée. Au final, le bilan est déficitaire : seulement une centaine d'entrées, très peu de consommations, pas de CDs vendus, aucun mot laissé dans le livre d'or (j'avoue qu'il était bien caché et que j'ai omis d'en parler). Néanmoins, tout le monde reste positif car l'ambiance était bon enfant et au moins il y avait de la place pour danser ! ^^


Remarque : c'est la première fois que je m'essaie à rédiger un compte-rendu d'événement, aussi n'hésitez-pas à donner votre avis et me dire ce que vous en pensez. Est-ce que ce genre d'articles vous plaît ? À moins que cela vous semble inutile ? Au plaisir de vous lire, Vincent.