OrluDiato : Cours d'Accordéon Diatonique sur Brest et par webcam, méthode instrumentale d'apprentissage, concerts, Fest-Noz, bals Folk, stages et autres publications en rapport avec le Diato !

L'Accordéon Diatonique facile !

Portail > OrluDiato > Publications > Articles > Schémas de clavier

Réflexion sur les schémas de clavier (Septembre 2015)

Introduction

Je suis très heureux d'inaugurer la section « Articles » du site Internet de l'agence « OrluDiato » par la publication d'un dossier qui m'a été demandé à plusieurs reprises : celui-ci retrace dans son entièreté et à l'écrit ma réflexion sur le schéma de clavier standard d'un Accordéon Diatonique accordé en Sol/Do, qui est à l'origine du schéma de clavier NMAD mis au point avec l'aide précieuse de Jean Appéré, professeur d'Accordéon Chromatique et Diatonique au Conservatoire de Brest.

Historique

Au tout début de l'Accordéon Diatonique, les instruments ne possédaient que des claviers composés d'une seule rangée : 10 touches à la main droite (MD) et seulement 2 à la main gauche (MG). Chacune de ces touches est bi-sonore, c'est à dire qu'elle peut produire deux sons distincts puisque l'anche qui vibre à l'ouverture du soufflet est accordée différemment de l'anche qui vibre à la fermeture.

Partant de ce principe, il a fallu créer un schéma de clavier, c'est à dire déterminer quelles seraient les notes attribuées à ces différentes touches et dans quel sens de compression. Pour cela, il a fallu procéder à quelques décisions arbitraires, la principale d'entre-elle fût d'organiser les notes suivant la gamme diatonique de façon à pouvoir jouer cette gamme le plus simplement possible. La seconde fût de faciliter la production d'accords parfaits sur le clavier MD en plaçant les notes qui composent ces accords dans le même sens et de préférence les unes à la suite des autres. Ainsi pour un instrument accordé en tonalité de Do (aussi appelé « C » en notation Anglo-saxonne), l'accord parfait de Do Majeur (constitué des notes Do-Mi-Sol) fût placé en Poussant, ce qui détermina en grande partie l'organisation des notes sur une octave :

Les octaves s'enchaînant plus ou moins facilement car la gamme occupe trois touches et demie, ce qui crée un décalage d'une octave à l'autre… Au final, voici une illustration résumant le schéma de clavier d'un Accordéon Diatonique à 1 rang (qui porte également le nom de « Mélodéon ») accordé en tonalité de Do. Pour information, les touches sont numérotées de haut en bas, les notes placées en Poussant étant situées dans la partie haute du schéma tandis que les notes en Tirant se trouvent dans la partie basse :


Remarques :

Actuellement

Aujourd'hui, les Accordéons Diatoniques disposent de claviers composés de 2 rangées : 11+10 touches MD et 4+4 touches MG. En Europe (hormis l'Irlande), les deux rangées MD sont séparées par une quinte : la première rangée est généralement accordée en tonalité de Sol (aussi appelé « G » en notation Anglo-saxonne), tandis que la seconde est une fois encore accordée en tonalité de Do. Histoire de ne pas troubler les joueurs de Mélodéon, la logique suivie pour la répartition des notes sur la rangée de Sol fût la même que sur la rangée de Do, à savoir favoriser les écarts permettant d'enchaîner des accords parfaits sur trois touches consécutives dans le même sens de compréhension. C'est ce tout qui a donné le schéma de clavier standard Européen que voici :


Remarque : la lettre « m » en minuscule placée derrière le nom des accords MG indique que ce dernier comprend une tierce mineure.

Le principal avantage de ce principe de fonctionnement est qu'il permet de transposer simplement une mélodie jouée sur un seul rang, d'une rangée à une autre (de Sol vers Do ou vice-versa). De plus, ce schéma de clavier signe l'apparition d'un nouveau mode de jeu alternatif au Poussé-Tiré : il s'agît du jeu croisé, qui permet de jouer une mélodie en combinant les deux rangées MD de l'Accordéon Diatonique ! Le jeu croisé favorise un soufflet plus régulier, davantage en adéquation avec la phrase musicale, rendu possible par une technique d'articulation plus coulée. Enfin, le positionnement inversé des notes entre les deux rangées permet l'utilisation des tonalités relatives mineures de chaque tonalité Majeure de l'instrument. Pour information, la tonalité relative mineure de « Do Majeur » est « La mineur », et celle de « Sol Majeur » est « Mi mineur ». Malheureusement, les créateurs du schéma standard semblent avoir négligés quelques points d'importance…

Le premier point est que : si le jeu croisé est une conséquence de la juxtaposition de deux rangées aux tonalités différentes, pourquoi ne pas avoir essayé d'améliorer la synergie des rangées MD en retirant les notes en doubles placées dans le même sens de compression ? Actuellement, le schéma standard regorge de notes identiques :

Vous avez totalement le droit de ne pas être d'accord avec moi, mais mon avis personnel est qu'un Accordéon Diatonique à 21 boutons MD (soit 42 sons) ne peut pas se permettre de "gaspiller" 5 sons (soit presque 1/8ème de ses possibilités mélodique) avec ce genre de doublons simplement pour conserver une transposition "facile"…

Le second point est que : si le jeu en mineur est lui aussi une conséquence de la juxtaposition de deux rangées aux tonalités différentes, pourquoi ne pas avoir essayé de placer davantage de tierces mineurs parmi les accords MG ? Là encore vous avez le droit de ne pas être du même avis, car en disant cela je pense surtout à l'accord de Mi (appelé « e » sur le schéma de clavier d'après la notation Anglo-saxonne) qui dispose d'une tierce Majeure alors qu'une tierce mineure serait bien plus utile car elle correspond rien de moins qu'à l'accord de base pour l'une des quatre tonalités de l'instrument (à savoir Mi mineur) ! De plus, il s'agît du deuxième accord le plus important lorsque l'on joue en La mineur, preuve s'il en est que le jeu en mineur n'est pas favorisé…

Améliorations

Comme vous avez pu vous en rendre compte, le schéma standard reste perfectible malgré ses nombreuses qualités… C'est dans cet état d'esprit que, lors de mes études au Conservatoire de Brest, Jean Appéré et moi avons réfléchi – non pas à un nouveau schéma de clavier – mais à une amélioration du schéma existant afin que le passage de l'un à l'autre reste le plus simple possible, même si jamais le musicien possède de nombreuses années de pratique de l'Accordéon Diatonique (et donc les habitudes qui vont avec !).

Pour ma part, la première modification qui fût effectuée sur mon instrument en 2012 fût l'inversion du « Sol 3 » et du « La 3 » sur la touche « 5' » : n'ayant pas à l'époque l'habitude de devoir modifier mes doigtés à la volée, il m'a fallu environ deux mois pour déserter cette touche en réapprenant les morceaux qui l'utilisait… Ensuite, j'ai peu à peu recommencé à l'utiliser pour prendre des "raccourcis" en croisant ma mélodie grâce à cette touche lorsque c'était possible. Très vite, c'est devenu une nouvelle habitude qui débloque certains doigtés tout en améliorant la qualité du son, en particulier dans des enchaînements rapides !

Devant le succès progressif de cette première modification, nous avons décidés de retirer les autres doublons du clavier MD pour offrir de nouvelles possibilités à l'Accordéon Diatonique. Ainsi, j'ai effectué au cours de l'année 2013 trois modifications supplémentaires sur mon instrument en restant dans l'esprit de la première :

Remarque : je suis conscient que le choix du « Fa# 4 » peut être contestable, car un « La 4 » aurait aussi pu être très utile. Après beaucoup d'hésitations entre ces deux notes, nous avons finalement retenu le « Fa# 4 » car il est cohérent avec la modification effectuée MG (voir plus bas) et autorise du coup de jouer en tonalité de Si mineur !

Cette fois, il me fût bien plus facile de m'habituer à ces nouveaux changements qui s'apprivoisent avec le sourire dès lors que l'on constate l'étendue des "raccourcis" désormais possibles par cette panoplie de modifications…

Enfin, c'est en 2014 pendant que je préparai l'écriture de la Nouvelle Méthode d'Accordéon Diatonique (d'où le nom de ce schéma) qu'il me vint l'idée d'adapter le clavier MG à mon répertoire par les modifications suivantes :

Le remplacement du Fa par un Si possède de nombreux intérêts car, pour commencer, il nous permet désormais de jouer la gamme diatonique complète à la MG (puisque « B » représente le Si qui manquait pour avoir toutes les notes de la gamme). Ensuite, il vient enrichir notre harmonie lorsque le jeu est en mineur (très utile en tonalité de Mi mineur où il s'agît du deuxième accord le plus important). Enfin, comme dit plus haut il nous ouvre en partie la tonalité de Si mineur où il fait office logiquement d'accord fondamental.

Au final, voici un plan du schéma de clavier NMAD où les modifications par rapport au schéma standard ont été mises en évidence :


Comme vous pouvez le constater, les différences ne sont pas si nombreuses, et gardez à l'esprit que ces modifications ne vous retirent aucune possibilité mais, au contraire, vous en ajoute de nouvelles ! Par exemple, il permet des harmonisations inédites entre les claviers MD et MG :

Application

Parlons de vous maintenant : est-ce votre pratique de l'instrument nécessite de passer au schéma NMAD ? La réponse peut dépendre du niveau de pratique, de la capacité d'adaptation et aussi du répertoire pratiqué… Plus vous avez de pratique et plus le passage d'un clavier à l'autre peut être difficile et demander du temps (qui en vaut largement le coup, ceci dit). En revanche si vous êtes débutant, je vous recommande de modifier le plan de clavier de votre Accordéon Diatonique tout simplement pour commencer sur un clavier plus évolutif dans l'apprentissage technique.

Concernant les partitions, sachez que toutes les tablatures que j'édite sont compatibles avec les deux schémas de clavier : c'est par exemple pour cette raison que vous n'y trouverez jamais de « 5' » (puisque cette touche est désormais réservées aux "raccourcis"). Quant aux partitions rédigés par d'autres, sachez qu'il est très facile de convertir une tablature pour qu'elle soit compatible avec le schéma standard ainsi que le NMAD. Pour ce faire, il vous suffit de respecter les règles suivantes :

Conclusion

Pour résumer, ce nouveau schéma apporte de sérieuses facilités au jeu instrumental, mais aussi à la musicalité pour certains répertoires Cette amélioration de l'existant corrige la synergie des rangées du clavier MD et affine par la même occasion l'association des claviers MD/MG.

Nous voilà enfin parvenu au bout de cet article : j'espère qu'il vous aura permis de comprendre en quoi consiste le schéma de clavier NMAD et qu'il vous aura peut-être donné envie de l'appliquer avantageusement sur votre Accordéon Diatonique.

À bientôt pour un prochain article Diatonistique et au plaisir d'en discuter avec vous, Vincent.

Ressources

Schéma de clavier NMAD (2r8b) (19 clics)

Schéma de clavier standard (2r8b) (14 clics)

Remarque : Il faut être connecté pour accéder aux ressources !